Doit-on populariser GNU/Linux ?

25 juin 2008

Ce printemps semble avoir été une période faste pour les distributions GNU/Linux dites user-friendly. Les hostilités ont débuté début avril, avec la sortie de Mandriva 2008 Spring, un cru presque unanimement considéré comme excellent par les observateurs. Vint ensuite la très attendue Ubuntu 8.04, estampillée LTS (Long Term Support), qui confirma la simplicité d’utilisation des distributions modernes. Enfin, ce fut au tour d’OpenSuse 11 de venir tout récemment confirmer l’évidence : GNU/Linux peut désormais être utilisé par n’importe quel quidam, pour peu qu’il soit suffisamment équilibré.

L’arrivée de nouveaux utilisateurs sur les forums et les salons de discussions amène alors bien souvent de nouveaux points de vue. Ainsi, il n’est pas rare que des utilisateurs expérimentés soient irrités par des comportements surprenants ; le plus visible d’entre eux étant l’addiction aux logiciels privateurs de libertés.

Plus précisément, la mise en application des principes fondateurs du projet GNU est trop souvent taxée d’intégrisme. Elle est régulièrement décriée par des utilisateurs qui se targuent d’être venus au monde libre pour la bonne performance et le confort fournis par des applications gratuites et puissantes. D’ailleurs, « GNU/Linux » n’est-il pas subrepticement devenu « Linux » ?

La moindre réaction raisonnée est alors rapidement écrasée par des « kikoolol » déchaînés, en nombre, qui n’hésitent pas à traîner les pères du logiciel libre dans la boue. Extrémisme, sectarisme, étroitesse d’esprit sont les termes qui reviennent le plus souvent dans la bouche des aggresseurs. Pour justifier l’usage immodéré de composants privateurs, ils inventent une cinquième liberté, dite « de choix », qui n’a jamais existé ailleurs que dans leurs rêves.

Ainsi, l’utilisateur impliqué dans GNU/Linux se demande à quelle condition la communauté doit persister à accueillir un nombre croissant de personnes. Faut-il seulement insister sur la qualité des logiciels libres, avec les conséquences fâcheuses décrites au paragraphe précédent ?

Non, il faut aussi sensibiliser le grand public aux enjeux fondamentaux de la liberté. Mais à quel moment ? Ici, deux écoles s’affrontent.

Voyons d’abord la première approche, que j’appellerai la stratégie UMS (pour Ubuntu/Mandriva/OpenSuse, mais aussi pour « USB Mass Storage » : stockage de masse, par le biais de l’USB…) Elle consiste à attirer le plus grand nombre d’utilisateurs, en leur proposant monts et merveilles. Admirez les largesses de ma bibliothèque logicielle ! Observez comme je suis facile ! Tâtez de ma puissance, de mon look accrocheur et moderne, de ma robustesse remarquable, de ma vivacité étonnante !

La stratégie UMS est fondée sur la justification suivante : plus il y aura d’utilisateurs, plus il y aura de contributeurs potentiels. Ainsi, le cercle vertueux tournera toujours plus vite. Nous aurons ensuite tout le temps d’expliquer la liberté, rien ne presse.

Si cette approche semble a priori louable, elle possède une tare évidente : la liberté risque de se perdre en route. À force de procurer des facilités aux utilisateurs, ils vont certainement perdre de vue l’essentiel. Qui sera prêt à contribuer pour écrire un pilote de périphérique libre, si son pendant propriétaire est immédiatement utilisable, et sans efforts ? Pourquoi soutenir telle alternative à un protocole privateur, alors que celui-ci est dès à présent fonctionnel ? Avec la motivation, la liberté sera perdue.

Une deuxième stratégie, plus raffinée, consiste à ne pas trop se soucier de la popularité : en s’attachant à construire un système d’exploitation le plus libre possible, nous attirerons des utilisateurs de qualité, déjà avertis et sensibilisés à nos principes. Il y a de meilleures chances que leurs contributions futures concernent pleinement le logiciel libre.

C’est ce qui a fait tout le succès de Debian, via son remarquable contrat social

Quelle méthode préférez-vous ? Le lecteur intelligent ne sera pas étonné par ma conclusion : les deux approches sont complémentaires. Les distributions GNU/Linux grand public ont dynamisé le développement de logiciels libres, quoi que l’on en dise. Elles ont également amené des utilisateurs de qualité (et donc des contributeurs en puissance) vers des distributions plus attachées aux traditions du logiciel libre, comme Debian ou Fedora. Tant que cet équilibre naturel sera préservé, nous pourrons sereinement considérer la fin du règne immoral du logiciel privateur comme un événement inéluctable.

Publicités

5 Réponses to “Doit-on populariser GNU/Linux ?”

  1. olivier said

    Et Slackware ?

    Depuis la version 12.0, elle intègre complètement hal et dbus, en plus d’être beaucoup plus stable que les distributions citées plus haut.

  2. Ayasei said

    Bonjour,

    Je suis entièrement d’accord avec ton analyse ^^, les deux méthodes sont, à mon avis, complémentaires.

    J’utilise moi-même debian, mais ma famille (parents, ma soeur, mon frère et bientôt ma petite amie ^_~) est sous ubuntu et même s’ils ne sont pas au premier abord sensibles à la notion de liberté je pense au moins les avoir fait réfléchir et espère les amener petit à petit à comprendre pourquoi la liberté est l’élément le plus important.

    Bonne continuation, billet très intéressant, merci.

  3. nookie said

    Jolie analyse. D’apres les expériences autour de moi, la première phase de participation d’un libriste ressemble à ta première solution(UMS). Après un certain nombre d’échecs ou de difficultés rencontrées sur le terrain, la deuxième solution s’impose pour ne pas devenir fou. Bref je pense que plus on est libr(e/iste), plus on se rapproche d’un comportement qui vise à une progression lente mais sure de la diffusion de gnu/linux.
    Pour répondre à ta question, je pense que l’équilibre entre l’UMS et la technique raffinée est plus proche de cette dernière…

  4. ^_^ said

    Le truc c’est que la plupart des utilisateurs se foutent complètement d’une quelconque notion de liberté, ce qu’ils veulent c’est que ça fonctionne. Malheureusement il est très dur de leur faire comprendre. Néanmoins si on peut les diriger vers un système libre ou presque plutôt qu’un système complètement fermé ça sera de toute façon une évolution à encourager. Donc il faut faire un mix des deux comme ça se fait actuellement, il n’a rien à changer tant que c’est en faveur de la liberté.

  5. chourmovs said

    Belle didactique, bonne connaissance de la problêmatique mais tu sembles critiquer la stratégie UMS, pourtant plus qu’une philosophie, un étendard ou une tour de babel, ce que cherchent les nouveau venus sous Linux est une alternative au deux OS pompe a fric que sont windows et MAC OS, cela est virtueux comme de rendre les trois distributions dites « user friendly » le plus accessible possible.
    Par contre je suis d’accord avec toi quand tu parle de ton ressenti sur les forums d’entraides avec une recrudescence de kikoulol revendicatifs et bruyant qui rendent les forums de plus en plus indigestes.
    Mais n’est ce pas la rançon du succès ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :